Confrérie Prolétaire des Trolls
Si tu n'es pas enregistré, enregistre toi !
Si tu n'es pas connecté, connecte toi !
Rejoins la lutte !


Forum de Jeu de Rôle et de Grande Stratégie amateur
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Journal de Marcon-Polo Ramondo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Silvio007



Messages : 1
Date d'inscription : 30/05/2017

MessageSujet: Journal de Marcon-Polo Ramondo   Mar 30 Mai - 16:59


Marcon-Polo se saisit du journal et commença à écrire en infernal dedans

Cher journal qui n'est pas le mien,

Ces derniers jours ont été remplis de tourments. J'ai rejoint un groupe de gens peu... communs, recruté par les autorités de la ville afin de retrouver une petite statuette, qui semble attirer nombre de convoitises.. Je devrai peut être l'inspecter plus en détail quand nous l'aurons, bien que ce travail soit correctement payé, je ne tolérerai pas de livrer un artefact du mal pour faire... le MAL.

J'ai donc accepté cette mission, pour voir de quoi il s'agissait, donc, mais également car je m'y sentais poussé par une force intérieure. C'est ainsi que nous, groupe composé de moi même, Marcon-Polo Ramondo, d'un étrange petit Tiefelin, qui semble doué pour la magie mais... vachement moins pour les questions plus intellectuelles et sensées, d'une petite halfeline, tout aussi étrange (elle aime annoncer notre arrivée aux ennemis alors qu'elle est chargée d'une mission "d'infiltration", mais nous y reviendrons), et d'un magicien humain, qui fait pousser des ongles du sol qui viennent gratouiller la plante du pied des ennemis.

C'est ainsi que nous partimes, à dos de... mulet, en direction d'un petit fort gobelin, dans le but de se saisir de cette statuette pour accomplir notre mission. Durant tout le long du trajet, toutefois, la présence à l'intérieur de moi se faisait de plus en plus sentir, réclamant du sang, réclamant des âmes. "Tuuueee" "Tuueee" me sussurait-elle. Balayant d'un geste de la tête ces idées noires, les seuls êtres  que je tuerais seraient des êtres démoniaques, mauvaises par nature, pour rendre ce monde meilleur.
Cette voix me parle de plus en plus. J'ai l'impression que chaque fois que j'élimine un ennemi avec mon arme, elle se fait plus présente, plus.. puissante. J'ai donc décidé de l'utiliser de moins en moins fréquemment, au profit de mes sorts à distance, en espérant que cela ne renforcera pas son influence sur moi, tout en assouvissant sa soif pour continuer à bénéficier de sa puissance, puissance dont j'ai besoin pour atteindre mes objectifs.

Après un petit voyage, nous décidâmes donc de nous arrêter, dans un petit bosquet près d'un ruisseau pour s'y reposer et y passer la nuit. Nous avions donc mis en place des tours de garde, au cas où quelque chose devait arriver durant la nuit. Les premiers tours se passent, apparemment, sans encombre, jusqu'à ce qu'on vienne me réveiller. Grommelant, encore fatigué, je prends donc mon tour de garde, monologuant avec la présence à l'intérieure de moi, jusqu'à ce que, je ne me souviens plus comment, je repris conscience à la fin de la nuit, le feu éteint. Rhaaa, je soupçonne l'être à l'intérieur de moi d'avoir psalmodié un sort pour m'endormir. Bon, tant pis, il va falloir faire avec. Prenant sur moi même, je me décide à rallumer le feu grâce à mon bâton magique qui fait des étincelles quand on le tape sur une pierre. Je tapais donc de longues minutes durant dans l'espoir de le rallumer, mais rien à faire... Le bois devait être trop humide, je ne sais pas.. Reste que, apparemment, ce petit bruit a réveillé mes compagnons au sommeil ma foi fort fragile, qui sont venus en grognant pour savoir ce qu'il se passait.. Enfin bon, passons, reste que peu de temps après, on a retrouvé nos affaires complètement en lambeau, et des traces de pattes d'Ours. Nous nous étions fait volé nos affaires et nos vivres par des ours donc.. Nous partîmes rapidement à leur poursuite, jusqu'à retracer leur caverne, et voir un immense ours en sortir. Je sentais ma main palpiter sous mon arme, elle réclamait cette âme. Nous lui tendîmes donc une embuscade, qui a, ma foi, peu marchée. La dernière chose dont je me souviens, c'est cette immense bête chargeant vers nous, vers moi, faisant un grand bond en avant et puis.. trou noir.

Je me suis réveillé dans les bras de Lachésio, le tieffelin, empli d'un sentiment de sécurité et de bien être... Peu avant que la douleur ne me rattrape. Me tordant un petit peu, je me relevai ensuite pour reprendre la route vers le fort gobelin. Inspectant ma main, qui me brûlait, je remarquai également que cette dernière fut légèrement brûlée. Bizarre...


Enfin bref, nous arrivâmes donc enfin au fort, après que j'aie pu récupérer de mes blessures. Nous envoyâmes la petite halfeline en repérage, celle-ci revenant quelques temps plus tard nous annonçant que les gobelins nous attendent désormais. Bon, tant pis, ça nous apprendra à nous fier à d'autres qu'à nous même. Nous nous avancions donc jusqu'à nous faire repérer par les gobelins. Les éliminant un à un, nous pénétrions ensuite dans une tour. Dedans, je ressenti une mauvaise énergie, au mauvais aura s'en dégager. Mon arme me démangeait, elle frétillait dans ma main, heureuse de voir tant d'ennemis à transpercer. Je fonçai donc au devant du combat, faisant face à tous les ennemis, à moi seul, prêt à en découdre ! Toutefois, malgré ma hargne et ma force, un gobelin, sous un coup de chance, réussi à me toucher et à me blesser grièvement, avant que je ne puisse frapper. Je fis donc un pas en arrière, puis deux, puis trois, .. Puis je partis en courant rejoindre le groupe, me remettre de ce choc initial pour mieux revenir à l'assaut. A l'arrière, j'ai maudit certains ennemis, j'en ai cramé d'autre, j'envoyais des illusions perturber les ennemis, etc, tandis que le mage humain invoquait des ongles enlever les peaux mortes des ennemis, que l'ensorceleur prenait une voix cheloue en faisant un déluge de lumière, et s'étant fait pousser une.. étrange barbe, et que la halfeline faisait des trucs de halfeline ! Bref, le combat fut remporté !

Vidé de ses occupants, nous commençâmes à fouiller la tour, tandis que la halfeline s'élançait à la poursuite d'un fuyard gobelin. En la fouillant, nous sommes tombés devant un gros coffre, surplombé par une immense et hideuse statue. Vérifiant qu'il n'y a pas de piège aux alentours, nous nous décidâmes à ouvrir le coffre. Mais c'était bizarre.. Ma hache continuait à s'agiter, et la voix à l'intérieur de moi résonnait, alors qu'il n'y avait plus d'ennemis. N'y cherchant pas d'explications, je laissais  le magicien ouvrir le coffre, ce dernier citant ce qu'il y voyait, et me tandant bien bravement un joli bouclier, que je commençais à inspecter... Lorsqu'un bruit sourd se fit entendre. Le magicien, qui n'avait pas réussi à stopper l'attaque grâce à ses ongles, s'est pris une grosse baffe de la statue qui venait de prendre vie ! Meurtri par mes blessures, je n'étais pas de taille à l'affronter seul. Et lorsque je regardai autour de moi, je vis Lachésio partir en courant, ni de une ni de deux. Pris de panique, je ne savais plus que faire.. La voix à l'intérieur de moi voulait que j'achère mon compagnon pour dévorer son âme, elle voulait que je tue cette statue qui venait de prendre vie... Mais je ne pouvais pas abandonner un de mes compagnons à son sort, je ne pouvais pas laisser cette statue le tuer.. Je DEVAIS le sauver ! Rangeant mon arme et balayant d'un revers de la tête ces idées là, j'attrapai une main du pauvre magicien au sol et je commençai à le trainer pour lui sauver la vie. La statue fonçait, elle était rapide. Mes bras, eux, commençaient à fatiguer, et la créature me rattrapait.. Je n'allais pas mourir là, je n'allais pas laisser mon compagnon mourir là.. non ! D'un grand effort, n'écoutant que moi et moi-même, je soulevai le magicien et pris un sprint comme je n'en avais jamais pris. Réussissant enfin à sortir de cette tour, je le posai au sol, récupérant mon souffle, découvrant Lachésio avec la halfeline, inconsciente.

Bref, nous avions failli y laisser notre peau, et la statuette était toujours dans cette tour, protégée par cette statue. Nous devions la récupérer, et nous devions donc vaincre cette dernière. Cette dernière pensée fit vibrer ma hache, qui semblait avoir hâte d'en découdre. Mais il fallait d'abord se reposer avant d'y retourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Journal de Marcon-Polo Ramondo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Journal de Hermione Blake
» Journal d'un archéologue [PV]
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)
» Who Cares About Haiti? From Wall St journal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie Prolétaire des Trolls :: Les jeux :: Jeux de Rôle papier :: D&D - Campagne Beregil 2-
Sauter vers: