Confrérie Prolétaire des Trolls
Si tu n'es pas enregistré, enregistre toi !
Si tu n'es pas connecté, connecte toi !
Rejoins la lutte !


Forum de Jeu de Rôle et de Grande Stratégie amateur
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Tenextli] Histoire générale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dodo
Le conquérant du pain
Le conquérant du pain
avatar

Messages : 1153
Date d'inscription : 20/11/2011
Age : 23

MessageSujet: [Tenextli] Histoire générale   Mar 11 Oct - 19:14

Les Tenextli



Paléohistoire



En préambule, je prends note qu'il est peut-être ambitieux de parler des Tenextli à une époque où l'écriture n'existait que sous des formes extrêmement primitives, et qui ne nous a par conséquent laissé que des sources extrêmement rares. Les paléo-Tenextli que j'étudie ici sont donc une reconstitution ; il faut prendre en compte que les sources utilisées sont principalement intérieures et peuvent donc manquer de neutralité.


1) La cité sur la montagne : une isolation superbe

Impossible de parler des Tenextli sans parler de leurs superbes maisons en pierre Hueyipol. On considère aujourd'hui que les traces de l'architecture primitive de Hueyipol et des alentours sont les toutes premières de l'humanité. Si les Tenextli se distinguent des autres sociétés à l'époque, c'est bel et bien par leur construction de villes.
Le lac Texhotlin est le berceau de cette société citadine. Le plateau du même nom était en effet lors de cette période riche en nourriture, suffisamment isolé, et malgré tout accueillant : les villes Tenextli y ont donc rapidement fleuri, depuis Hueyipol jusqu'à Quecin.

L'organisation des cités primitives des Tenextli est assez particulière et semble fondée sur un principe de maisons communes. Les familles se regroupaient dans des maisons de pierres sèches où étaient agglomérés lieux de vie, grenier et atelier, les quartiers aggloméraient ainsi plusieurs maisons, et les villes elles-mêmes aggloméraient plusieurs quartiers. On pense par là-même que l'organisation politique (si l'on peut dire) des paléo-Tenextli était celle de l'appartenance à une gigantesque cité-culture. Cette grande cité, l'Huey Altepetl, est la cité-matrice, celle qui enfante des cités à l'infini.
On entrera plus en détail dans le fonctionnement de l'Huey Altepetl lors des chapitres suivants, mais il est probable que le système ait été très similaire avant l'arrivée de l'écriture à ce qu'on verra par la suite (décentralisation, divisions provinciales/de cités, etc.)



2) Vie et mort dans les montagnes : le culte des ancêtres

La société tenextli semble s'être rapidement organisée selon un système dualiste. On retrouve d'une part des chefs de village, qui semblaient être choisis parmi les plus sages de la tribu, par cooptation, et d'autre part, une caste naissante à l'époque de prêtres, sur laquelle nous reviendrons plus en détails.

La société est fortement stratifiée. On trouve ainsi, dans l'ordre d'importance :


  • Les bureaucrates/chefs (tlatohqueh), mentionnés ci-dessus et généralement choisis parmi les mieux éduqués et les plus sages de chaque cité. Le poste ne semble pas avoir été héréditaire. On sait cependant qu'ils avaient accès à certaines richesses, et semblaient accorder une importance particulière à l’apparat : des objets d'art primitifs ont été retrouvés dans les tombes.
  • Les prêtres (tlamacazqui), notés ici mais qui sont considérés comme à égalité avec les chefs pour les plus influents. Nous y reviendrons.
  • Les travailleurs manuels (macehualtin), en général des paysans ou des mineurs des différentes ressources des montagnes. La société s'est en effet rapidement fondée sur l'exploitation d'une partie des richesses locales, et les macehualtin étaient fréquemment les premiers à aller fonder de nouvelles villes, lors de leurs expéditions.
  • Les soldats (pipiltin), à l'importance toute relative dans une société qui s'est très peu battue. Une part majeure des Ixhetli, vivant dans les montagnes, étaient des pipiltin malgré leurs activités parfois différentes.
  • Les marchands (pochtecas), qui à l'époque n'étaient que de simples transporteurs de ressources d'un lieu à l'autre. La société tenextli n'ayant eu que peu de rapports avec ses voisins, le commerce n'était pas particulièrement développé.


Il est à noter que ce résumé rapide n'est d'une part pas indicatif d'un système pyramidal strict, et qu'il est d'autre part sous-divisé en une myriade de petits ordres. Certains des pipiltin Ixhetli travaillaient notamment la terre, mais étaient considérés comme des "soldats" du fait de leur héritage. En effet, à l'exception des prêtres et des chefs, le système implique qu'on naît et meurt dans sa caste. Je reviendrai là encore plus en détails sur les castes lorsque les sources seront plus nombreuses.


J'ai mentionné plus haut les prêtres, et je peux donc désormais parler de la mort chez les Tenextli. On retrouve en effet très vite un culte de la mort, ou plus précisément de l'après-vie. Les principales figures religieuses y sont les ancêtres. Lorsqu'un homme meurt et est enterré dans sa ville, il rejoint les ancêtres de toute la cité, pour conseiller les prêtres et protéger la ville des menaces diverses. Tous réunis, les ancêtres forment un véritable esprit de la cité, donnant par là-même naissance au premier culte animiste qui implique des villes.

Pour les Tenextli, la mort n'est pas effrayante, seulement un domaine qui suit la vie. Les morts ne disparaissent pas, ne partent pas ; ils déménagent tout au plus vers l'autre monde. Et cet autre monde est très facile à retrouver ; on retrouve en effet dès cette période de gigantesques complexes de tombes, de tumulus, de cryptes et de catacombes à côté d'Hueyipol, désignées comme "Mictlan". Au sens strict, Mictlan est une nécropole, une ville pour les morts, avec parfois ses commerces, ses casernes, ses maisons et ses palais. Les serviteurs y sont les prêtres, qui arpentent les rues en répétant des litanies de noms d'ancêtres, brûlent des encens, enterrent les nouveaux morts et agrandissent la nécropole. On pense que les prêtres ont eu une certaine importance dans le proto-état des Tenextli, en tant que représentants d'une cité, même si la cité n'était peuplée que de morts.

Dernier fait marquant concernant la prêtrise, c'est son influence sur les arts, particulièrement le chant et la musique. En effet, certains traces semblent indiquer que la principale forme d'art chanté chez les proto-Tenextli était l'art des hymnes funéraires, pratiqué par une caste particulière de prêtres (ou plusieurs castes, selon leur localisation ; cf.supra), les chanteurs funéraires. Ceux-ci étaient divisés notamment entre ceux de Mictlan, qui récitaient le nom des morts et leurs actes glorieux, et ceux du reste des terres, souvent en voyage pour narrer le passé héroïque et proposer leurs services lors des enterrements.

_________________
Aedhr a écrit:
Parce qu'au moins, Dodo à l'intérêt de donner des arguments logiques.

Beregil a écrit:
Pourquoi parle-t-on soudainement de viol et de pornographie quand le nom de Wellan est cité ?

Citation :
[23:08:52] Anthonyuss : Et toi Arz, tes exploits sur Warcraft ?
[23:09:21] Arzgluf : afk

Grand Capitaine Haddockov du CPTS Licorne.
C'est une prosopopééééééée... Qui dit "Non non, non non, nooooon !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Tenextli] Histoire générale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie Prolétaire des Trolls :: Archives :: Archives :: Archives MV :: Le Crépuscule des Civilisations-
Sauter vers: