Confrérie Prolétaire des Trolls
Si tu n'es pas enregistré, enregistre toi !
Si tu n'es pas connecté, connecte toi !
Rejoins la lutte !


Forum de Jeu de Rôle et de Grande Stratégie amateur
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour qui sonne le glas ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arzgluf
Nationaliste intégral
Nationaliste intégral
avatar

Messages : 945
Date d'inscription : 20/11/2011

MessageSujet: Pour qui sonne le glas ?   Ven 22 Juil - 20:09

Pour qui sonne le glas ?




23 juillet 1936 - Statu quo

Le coup d'état a échoué ! Parti le 17 juillet des garnisons des Canaries et du Maroc, le mort d'ordre du soulèvement n'a triomphé que dans le nord-ouest du pays et dans quelques villes où les garnisons se sont mutinées. Les insurgés ont été vaincu par les troupes loyalistes et surtout les milices ouvrières, principalement anarchiste et socialiste, à Madrid et à Barcelone. Les généraux Fanjul dans la capitale et Goded en Catalogne sont prisonniers des ouvriers. Pire encore, Sanjurjo, chef des nationalistes est mort ce jour dans le crash de l'avion qui le ramenait du Portugal. Toutefois l'heure est grave pour la République, son armée s'est dissoute et elle ne peut compter que sur quelques milliers de soldats et officiers fidèles alors que les troupes coloniales ont débarqué à Cadix et Algésiras et que le général Mola organise l'armée du nord. A cette heure,  les principales forces, côté républicain, résident dans les milices confédérales nouvellement formées et souffrant d'un grave manque d'équipements. De plus, l'occasion semble belle et les principaux partis ouvriers lancent déjà des mots d'ordre pour les collectivisations, l'autorité de l'état est inexistante en Catalogne et en Aragon. Tout reste donc à faire pour que l'un des deux camps remporte la victoire alors que dans les rues on s’entre-tue aux cris de "vive le Christ-roi" et de "vive la sociale"  


Carte:
 

Personnages jouables:
 


Règles:
 



-Je posterai les règles et une belle carte (faites par Serguei) plus tard.
-pour ceux qui n'ont pas de place, il sera possible de créer son perso mais il aura sans doute moins d'importance
-le but du jeu : faire gagner son camp mais aussi se positionner soi même. Côté nationaliste il s'agira d'être nommé chef alors que Sanjurjo est mort. Côté républicain il s'agira de faire triompher ses idées : communistes, anarchistes etc.


Dernière édition par Arzgluf le Dim 24 Juil - 17:27, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedhr
Celui qui ne craignait pas Staline
Celui qui ne craignait pas Staline
avatar

Messages : 1038
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 23
Localisation : Nancy

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Ven 22 Juil - 20:10

Mola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hames
Plus français que vous
Plus français que vous
avatar

Messages : 555
Date d'inscription : 31/10/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Ven 22 Juil - 20:11

Manuel Fal Conde !


Dernière édition par Hames le Ven 22 Juil - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dodo
Le conquérant du pain
Le conquérant du pain
avatar

Messages : 1153
Date d'inscription : 20/11/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Ven 22 Juil - 20:15

LA COLÈRE DE DIEU §

Aguirre.

_________________
Aedhr a écrit:
Parce qu'au moins, Dodo à l'intérêt de donner des arguments logiques.

Beregil a écrit:
Pourquoi parle-t-on soudainement de viol et de pornographie quand le nom de Wellan est cité ?

Citation :
[23:08:52] Anthonyuss : Et toi Arz, tes exploits sur Warcraft ?
[23:09:21] Arzgluf : afk

Grand Capitaine Haddockov du CPTS Licorne.
C'est une prosopopééééééée... Qui dit "Non non, non non, nooooon !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hgh23
Empereur du Sahara
Empereur du Sahara
avatar

Messages : 759
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 19

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Ven 22 Juil - 21:18

Lister !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SergueiBorav
L'homme que nous aimons le plus
L'homme que nous aimons le plus
avatar

Messages : 2199
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 27

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Ven 22 Juil - 21:22

Durruti !

_________________
Spoiler:
 

глупый

Sauvez nos RolePlays, mangez un Quendri !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pays-virtuel.jdrforum.com
Temudhun Khan
Combattant suprême
Combattant suprême
avatar

Messages : 2497
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Ven 22 Juil - 21:24

Vicente Rojo Lluch

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beregil
Maître Platypus
Maître Platypus
avatar

Messages : 380
Date d'inscription : 29/12/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Sam 23 Juil - 0:03

Général José Miaja
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzgluf
Nationaliste intégral
Nationaliste intégral
avatar

Messages : 945
Date d'inscription : 20/11/2011

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Sam 23 Juil - 0:27

Zhyma jouera le général Fransisco Franco et Koratos jouera Queipo de Llano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kevin13
La victoire jusqu'à Jérusalem !
La victoire jusqu'à Jérusalem !
avatar

Messages : 1690
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 22
Localisation : LYON ! (oui Lyon ^^)

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Sam 23 Juil - 22:38

Juan yague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzgluf
Nationaliste intégral
Nationaliste intégral
avatar

Messages : 945
Date d'inscription : 20/11/2011

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Dim 24 Juil - 0:11

Il est nominalement sous les ordres de Franco mais il a une bonne autonomie et il pourra être promue s'il est glorieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzgluf
Nationaliste intégral
Nationaliste intégral
avatar

Messages : 945
Date d'inscription : 20/11/2011

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Dim 24 Juil - 17:28

Règles mises à jour. Idem pour la carte (on peut remercier Serguei)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Lun 1 Aoû - 17:25

Antonio Cieri est un militant antifasciste et anarchiste italien. Homme politique et architecte en Italie, il mena les Arditi Del Popolo contre les squadristi fascistes avant de s'exiler en France où il créa un journal et promu activement la cause anarchiste. Lors de la révolution d'Espagne, il joignit des rapidement le mouvement républicain et plus particulièrement celui anarchiste pour y apporter toute son expérience et vaincre les fascistes. A la tête d'une colonne d'anarchistes italien, avec plusieurs de ses amis, il combat farouchement pour son idéal. Déterminé, il luttera jusqu'à la mort pour  la cause anarchiste et apportera toute son expérience militaire et propagandiste à son camp.
Revenir en haut Aller en bas
Arkantos
Poujadiste à oeillères
Poujadiste à oeillères
avatar

Messages : 1512
Date d'inscription : 31/10/2011
Localisation : Flandroisie françoise mais flamingante !

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Lun 1 Aoû - 18:57

Diego Javier est un anarcho-syndicaliste mexicain ayant traversé l'Atlantique dans l'idée de se battre pour pour une république libertaire et sociale, comme el padre Javier le rêvait. Mais la guerre civile et le rêve anarchiste en Basse Californie de son père sont désormais révolus. C'est désormais en Ibérie que se jouera cette nouvelle révolution. Quelque part, Diego a eu l'impression de retourner au pays, sentiment étrange pour cet internationaliste convaincu. Mais cette péninsule a vu naître certains de ses ancêtres avant qu'ils ne partent pour le nouveau monde. Et si au Mexique l'espoir révolutionnaire ne semble plus aussi vivace qu'il y a trente ans ; c'est désormais sur le vieux continent que l'espoir doit être apporté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzgluf
Nationaliste intégral
Nationaliste intégral
avatar

Messages : 945
Date d'inscription : 20/11/2011

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Lun 1 Aoû - 19:29

Stats envoyées. Actions pour ce week end (samedi 6 aout). Le retard ne sera pas toléré §§§

Je posterai un truc dans la semaine avec la position militaire de chacun vu que les troupes soulevées/loyalistes sont connus de tous. Les miliciens auront droit à plus d'anonymat > je donnerai une estimation du nombre de miliciens adverses à chaque camp + leur localisation par région et non par villes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzgluf
Nationaliste intégral
Nationaliste intégral
avatar

Messages : 945
Date d'inscription : 20/11/2011

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Mar 2 Aoû - 19:17

Comme prévu, les présences régions par régions avec les villes précisées seulement pour les troupes régulières. D'est en ouest et du nord au sud :


Galice : 5 000 soldats nationaliste (La Corogne), 5 000 miliciens carlistes
Asturies : 7 000 miliciens républicains
Pays Basque : 25 000 miliciens  basques, 10 000 soldats basques (Santander et San Sebastian), 5 000 miliciens carlistes, 5 000 miliciens républicains
Vieille-Castille : 10 000 miliciens carlistes, 15 000 soldats nationalistes (10K à Burgos, 5K à Salamanque)
Navarre : 10 000 miliciens carlistes, 5 000 soldats nationaliste (Pampelune)
Aragon : 5 000 soldats nationalistes (Saragosse), 10 000 miliciens républicains
Catalogne : 24 000 miliciens républicains
Baléares : 2 000 soldats nationalistes (Palma de Majorque et Ibiza)
Estrémadure : 2 000 soldats républicains (Badajoz)
Nouvelle-Castille : 29 000 miliciens républicains, 25 000 soldats républicains (20K à Madrid, 5K à Tolède), 2 000 miliciens nationalistes
Murcie : 7 000 soldats républicains (5K à Carthagène et 2K à Valence), 5 000 miliciens républicains, 2 000 miliciens nationalistes
Andalousie : 23 000 soldats nationalistes (3K à Grenade, 5K à Seville, 15K à Cadix), 22 000 miliciens nationalistes, 5 000 soldats républicains (Malaga)


Dernière édition par Arzgluf le Ven 5 Aoû - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzgluf
Nationaliste intégral
Nationaliste intégral
avatar

Messages : 945
Date d'inscription : 20/11/2011

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Mar 2 Aoû - 19:22

ATTENTION : à propos du recrutement et sous réserves de modifications > les armées régulières (pas les milices donc) peuvent recruter 1 000 hommes / tour / ville contrôlée (je parle des villes avec un nom en rouge). Les villes de Madrid et de Barcelone permettent le recrutement de 2 000 hommes / tour. Les soldats sont recrutés sur place et le recrutement coûte 2 pesetas par homme (1 pour l'entretien).

Pour les milices (anarchistes, basques, carlistes) je vois ça plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzgluf
Nationaliste intégral
Nationaliste intégral
avatar

Messages : 945
Date d'inscription : 20/11/2011

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Ven 12 Aoû - 17:59

Tour 1 - Les Grands cimetières sous la Lune – 23 juillet au 7 août 1936


Chanson du tour https://www.youtube.com/watch?v=gX1QhvXeVkI

Lors de ces deux semaines suivant la phase de coup d'état, les premiers mouvements militaires ont été effectués. Au nord les Asturies tombent presque entièrement aux mains des nationalistes et la Galice est nettoyée de ses dernières poches républicaines. La République perd définitivement l'Andalousie au sud, moins la région d'Almeria. Toutefois les anarchistes et les basques du PNV font des progrès significatifs en conquérant le nord de la Navarre et quasiment tout l'Aragon, dont sa capitale Saragosse. Partout des massacres ont lieu (https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Grands_Cimeti%C3%A8res_sous_la_lune), les camps raidissent leurs positions et chacun espère que l'aide internationale fera basculer les combats.


Front nord

-Le Pays Basque est divisé en deux, le gouvernement du PNV contrôlant la Vizacaye et une partie de la Guizpucoa sur un axe Santander-Bilbao-San Sebastian alors que les nationalistes, principalement les requétés, contrôlent Vitoria et l'Alava. Toutefois Aguirre (Dodo) a décidé de concentrer l'essentiel de ses forces pour attaquer Pampelune et le nord de la Navarre. Forte de plus de 30 000 hommes – soldats réguliers, miliciens du PNV, du PSOE et de la CNT – c'est une grande armée basque qui marche sur la capitale de la Navarre fortifiée par les troupes de Mola (Aedhr) et les carlistes. Une autre attaque, plus légère, est prévue sur les rives de l'Ebre , devant Burgos capitale des troupes nationalistes. Toutefois les gués et les ponts de l'Ebre sont lourdement défendues et l'attaque reste lettre morte jusqu'à ce qu'une partie des troupes se portent à l'aide des défenseurs de Pampelune.
Ainsi les basques et les anarchistes peuvent prendre Vitoria abandonnée. Sur le front de Pampelune, c'est l'enfer pour les nationalistes. Ils subissent les assauts basques heures après heures avec de lourdes pertes en attendant leurs renforts venus de Vitoria. Quand ceux-ci arrivent la bataille peut se dénouer et c'est au profit des troupes basques qui parviennent à prendre Pampelune après de durs combats (~3K morts chez les basques, ~5K chez les nationalistes). Si le gros de la bataille était joué en Navarre, les nationalistes ont eu vent du manque de défense de Santander et quittent les rives de l'Ebre pour prendre la ville, ce qui est fait quasiment sans perte une demi-journée plus tard. Les basques quittent alors Vitoria pour mettre le siège devant la ville et l'Alava est reprise une dernière fois par les nationalistes fuyant la défaite de Pampelune.

-En Galice, la situation est plus simple et plus claire. Presque toute la région s'est soulevées, seule subsistent quelques poches républicaines dans la campagne de la route de la Corogne. Celles-ci ont été nettoyées en une dizaine de jours par les carlistes venant de Vigo.

-Dans les Asturies, bastion des mineurs socialistes et anarchistes, les nationalistes ont été plus chanceux. En effet, la région semble avoir été abandonnée par le commandement basque : les anarchistes sont envoyés sur le front Basque pour prendre Vitoria et les milices socialistes ont disparu de la capitale, Oviedo. Aussi les troupes carlistes et les soldats de Mola venant de la Corogne et de Léon pensent n'avoir aucun mal à prendre la ville. C'est sans compter une guerilla farouche lancée dans les montagnes par les miliciens socialistes avec le soutien des communautés montagnardes qui n'ont pas oubliées la révolution de 1934 ! Si Oviedo tombe sans réelle résistance, les troupes nationalistes ont subi des pertes sur la route et nul ne doute qu'ils en subiront de nouvelles s'ils sortent de la ville (~1000 morts pour les nationalistes).

-En Aragon, fief des anarchistes de la CNT, le soulèvement avait pris en ville grâce à l'appui des troupes du général Cabanellas toutefois les campagnes étaient restées fidèles à leurs idées. Saragosse constitue un objectif majeur pour les milices anarchistes nouvellement formées à Barcelone. Celles-ci menées par Durutti marchent sur la capitale aragonnaise mais elles sont bientôt rejointes par les anarchistes de Valence et par ceux de Madrid. Au total ce sont près de 40 000 hommes mal armés mais déterminés qui s'apprêtent à prendre la ville. Malgré les renforts de quelques 5000 carlistes, la ville tombe après 3 jours de combats de rue et de multiples sabotages effectués par les CNTistes présent dans la ville. La moitié des troupes nationalistes ont pu s'échapper avant la chute de la ville et errent désormais dans la vallées de l'Ebre entre Pampelune et Saragosse.
Certains journalistes étrangers présents sur le front d'Aragon auraient remarqués des équipes cinématographiques dans les colonnes anarchistes valenciennes, nul doute que des films de propagande seront bientôt diffusés. Peu après la prise de la ville, les tribunaux populaires se sont mis a fonctionner à pleins rendements, les personnes les plus impliquées dans le soulèvement, dont des religieux et des civils, sont régulièrement passées par les armes alors que les autres s'en tirent avec un avertissement qui vaut un sursis pour le peloton d'exécution. Pertes estimées (~3 000 anarchistes, ~5 000 nationalistes).

-Les cols du nord de Madrid auraient du subir des attaques de la part d'une partie des troupes nationalistes de Vieille-Castille toutefois celles-ci ont repérés les fortifications et les troupes républicaines et ont logiquement préférées rebrousser chemin.


Front sud :

-Albacete est tombée rapidement, les 2 000 gardes civils de la ville sans possibilité de renforts ni d'aides directes des troupes africaines débarquées à Cadix n'ont pas fait le poids face à la division du général Rojo Lluch (Tem) dépêchée depuis Alicante. Après une journée de combats de rue, l'essentiel des forces nationalistes soulevées se sont rendues.

-A Tolède, le même Rojo Lluch, responsable du siège de l'Alcazar, a proposé aux troupes nationalistes (cadets de l'Académie militaire, gardes civils etc.) de se rendre en échange de leur vie sauve. Leur commandant a rejeté l'offre sans appel en déclarant qu'ils étaient tous prêts à mourir pour la gloire de l'Espagne.

-Les troupes du général Miaja (Bere), plus haut gradé républicain, était déjà en route pour le sud lorsque la garnison nationaliste de Grenade a été envoyée prendre les ponts du Guadalquivir (le fleuve qui passe à Cordoue). Après un bref accrochage, celles ci se replient, conscientes qu'elles ne feront pas le poids face aux 10 chars et à la quinzaine de milliers d'hommes de Miaja. Voulant retourner à Grenade, les nationalistes tombent finalement sur la division républicaine de Malaga qui a abandonné sa ville pour prendre Grenade. Pris en tenaille, les nationalistes sont laminés et fuient vers le sud. (~1 000 morts nationalistes)
Dans le même temps les troupes de Cordoue et de Seville, dirigée par Queipo de Llano (Koratos) prennent l'ouest de l'Andalousie et Huelva alors que Yague (Kevin13) s'occupent de la côte sud et de la prise facile de Malaga, désertée par ses défenseurs. Si Queipo et Franco se conduisent simplement en tant que commandants militaires, Yague fait de chaque prise l'occasion d'ouvrir une fosse commune où les dirigeants syndicalistes, de partis politiques etc. sont systématiquement fusillés.
Regroupant ses forces et celles de Franco (Zhyma) à Séville, Queipo compte marcher sur le Guadalquivir pour ensuite s'ouvrir la route de la Nouvelle-Castille. Toutefois, il tombe sur les troupes de Miaja qui ont fortifié leurs positions et ont été renforcé par les troupes de Malaga (laissant Grenade libre, la ville est vite reprise par Yague). S'en suit un long combat pour le contrôle des passages sur le fleuve. Les républicains se retirent finalement en bon ordre sur la route de Madrid laissant les nationalistes compter leurs pertes et se reposer de leur fatigue. (~3 000 morts républicains, ~6 000 morts nationalistes). Grâce à cette victoire chèrement payée, les nationalistes contrôlent désormais toute l'Andalousie ce qui leur donne une base stable pour attaquer le reste de la Castille ou effectuer la jonction avec l'armée du Nord !


Nouvelles extérieures :

-Une délégation du clergé carliste aurait été aperçue au Vatican entrain de négocier avec le Pape. Celui-ci a promis qu'il se déclarerait bientôt au sujet de la guerre civile en Espagne. En dehors du Pays Basque, le clergé est farouchement pro-nationaliste.

-L'aide internationale va bon train côté républicain. Les fusils viennent de France, les chars de l'URSS. Malgré leurs offres, les gouvernements fascistes et nazis ne semblent pas encore avoir fait preuves de leurs talents.

Nouvelles intérieures :

-La collectivisation va bon train en Catalogne et en Aragon dominés par les anarchistes. Sous leur direction, paysans et ouvriers œuvrent à la révolution sociale. Dans le nord de la région de Valence socialistes et anarchistes collectivisent dans les campagnes au grand dam de la bourgeoisie qui en appelle au gouvernement et à la légalité républicaine

-Assiste-t-on  à la militarisation des milices ? Les communistes semble en effet avoir décidé leur ligne politique : la victoire avant la révolution, en intégrant l'armée régulière. Du côté anarchiste on maintient fermement sa position : la révolution passera par l'armée du peuple ! Les milices s'organisent avec des comités de ravitaillement, des officiers élus etc. Bien que rudimentaires et mal armées, elles ont désormais passées leur épreuve du  feu.

-On exécute à tour de bras. Dans le Nord nationaliste, des ordres auraient été donnés par Mola et des listes auraient été constituées, toujours est-il qu'on fusille à tour de bras des modérés aux anarchistes. Les anarchistes ne sont pas en reste, que Durruti fasse régner un semblant de légalité en faisant tirer au sort des tribunaux populaires ou que les dirigeants des colonnes valenciennes et madrilènes répriment molement leurs hommes qui sur leur route s'en sont pris aux capitalistes, aux propriétaires terriens et aux religieux, tuant à la balle ou au couteau. Au final, seul le Pays Basque contrôlé par les catholiques nationalistes du PNV semble être un havre de paix. Au sud, si Queipo de Llano (le boucher de Séville) et Franco semble s'en tenir à leur rôle de soldats ces dernières semaines, ce n'est pas le cas de Yague et de ses féroces regulares marocains qui ont fait de Malaga et de Grenade des enfers sur terre où l'on fusille jour et nuit. On dit que le poète républicain de Grenade, Garcia Lorca, aurait été assassiné lui aussi.
Nul doute que tous ces massacres feront grand bruit à l'étranger.

-En Catalogne, on a assisté ces derniers jours à une grande campagne d'affichage des communistes contre la CNT qui tient pourtant la région suscitant la colère de cette dernière. Interrogés, les cadres du PCE ont semblé un peu perdu et nient farouchement leur implication dans cette opération.

-Le Pays Basque obtient finalement son statut d'autonomie ! Les Cortes ont voté le statut le 24 sur demande expresse du gouvernement afin de rallier le PNV à la cause républicaine. C'est un succès et nul ne doute que les troupes basques seront un précieux apport. Les basques récupèrent presque toute les compétences politiques en dehors des affaires étrangères. De plus, les troupes républicaines des Asturies et les milices ouvrières du nord sont placées sous leur commandement. La propagande nationaliste du PNV bat son plein depuis cette date.

-Le général Fanjul et Primo de Rivera, leader de la Phalange, ont été exécuté à Madrid après un procès devant une cours martiale. Ils ont été déclaré couapble d'atteinte à la sûreté de l'Etat et de soulèvement militaire. Le général Fanjul à Barcelone a été exécuté à Barcelone après la mise en place d'un tribunal populaire.


Classement de gloire :

1-Miaja
2-Durruti
3-Aguirre
4-Rojo
5-Javier/Cieri/Lister


1-Queipo de Llano
2-Yague/Franco
3-Mola/Fal Conde

Pour la carte, en attendant que Serguei édite la belle http://image.noelshack.com/fichiers/2016/32/1471017723-carte-mv.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzgluf
Nationaliste intégral
Nationaliste intégral
avatar

Messages : 945
Date d'inscription : 20/11/2011

MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   Mer 17 Aoû - 18:06

Voilà la nouvelle carte pour ce tour (merci Serguei) http://image.noelshack.com/fichiers/2016/33/1471449971-carte-mv.png
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour qui sonne le glas ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour qui sonne le glas ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pour qui sonne le glas
» Pour qui sonne le glas? [HBF vs HPF]
» (TERMINE) Quand une méprise sonne le glas de la trahison... ft. Naomi Adams
» Le glas sonne-t-il pour J.B. Aristide avec l'arrivée de Zuma
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie Prolétaire des Trolls :: Archives :: Archives :: Archives MV-
Sauter vers: