Confrérie Prolétaire des Trolls
Si tu n'es pas enregistré, enregistre toi !
Si tu n'es pas connecté, connecte toi !
Rejoins la lutte !


Forum de Jeu de Rôle et de Grande Stratégie amateur
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Yggdrasill, rapports de parties

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Temudhun Khan
Combattant suprême
Combattant suprême
avatar

Messages : 2569
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 29

MessageSujet: Yggdrasill, rapports de parties   Mar 24 Nov - 20:37

Liste des personnages:
 

Contexte général

Nous sommes à la fin du Vème siècle, alors que l'Empire Romain s'effondre en Occident, dans une contrée qui n'a que faire de ces événements ou de ce système de datation. La Scandia, qui sera plus tard connue sous le nom de Scandinavie, n'est encore qu'une mosaïque de royaumes, clans et cultures éparses. Rois sorciers de Svithjods, clans querelleurs de l'Oslofjord ou de Saxonnie, demi-géants Halogi, étranges et mystérieuses tribus sames ou finnoises, tout ce beau monde s'affronte et commerce depuis des siècles immémoriaux.
Le Danemark, pour sa part, sort tout juste d'une guerre fratricide entre les deux souverains ayant hérité du précédent roi : Halfdan et Frodi. Le second, plus ambitieux et sournois que son frère, avait en effet noué de nombreuses alliances afin de submerger la capitale sous des flots de mercenaires et éliminer son aîné de ses propres mains. Une stratégie efficace sur le plan militaire, mais qui lui vaut une certaine impopularité auprès des jarls (seigneurs) vassaux, qui sont nombreux à refuser de lui prêter serment, notamment sur l'île de Fyn (Fionie). Et c'est justement là que commence notre histoire.


Scénario 1 : Premières armes

A l'approche de la fête de Jol, qui célèbre le solstice d'hiver, les jarls danois sont tous invités à Hleidra, capitale du royaume. En plus d'une cérémonie religieuse, c'est l'occasion de prêter allégeance au roi Frodi pour ce qui ne l'ont pas encore fait. Beaucoup sont malheureusement fort occupés, tels Hrolf Knudsson, jarl du clan Kjari, qui a récemment perdu son fils Hermod dans une bataille contre des pirates saxons. Il a donc décidé de faire légalement reconnaître sa fille Jorunn comme un homme (plutôt qu'une belle fille à aimer) afin d'éviter d'éviter que son clan ne soit absorbé par un autre de moindre importance. Il a donc invité nombre de ses alliés et vassaux dans sa cité de Rohald pour fêter l'événement en même temps que Jol, en conséquences de quoi la population a momentanément doublé.
Le jour de la fête, une large équipée de nobles, d'invités et de membres de l'entourage du jarl s’élance à travers la plaine enneigée afin de ramener du gibier pour le banquet. Parmi eux, les jeunes Harald, Hrafn, Halfdan, Erik et Hodor sont envoyés sur la piste d'un daim, afin de démontrer leur valeur. Attirés dans un bois, ils doivent rapidement mettre pied à terre et laisser Hodor en arrière pour veiller sur les montures. Néanmoins, à la très relative consternation de Harald, les compagnons perdirent rapidement la piste de leur proie. En revanche, Erik découvrit des traces de bottes qui conduisirent le groupe à une petite cuvette naturelle au centre de laquelle ils trouvèrent plusieurs hirdmen en train de lever le camp. N'écoutant que son caractère sociable, Halfdan surgit des buissons en saluant les étrangers, qui se jetèrent sur lui et Hrafn qui l'avait suivi. Le berserkr rentra en fureur lorsqu'un de ses adversaires le blessa, tandis que Harald décochait une flèche qui alla se planter dans le torse d'un de leurs ennemis. Mais le combat fut vite achevé lorsque Hrafn invoqua la puissance du galdr, magie de la voix, pour faire chuter ses ennemis d'un mot de pouvoir qui résonna d'une note sinistre. Erik eut tout juste le temps de planter sa hache dans le dos du blessé pour l'achever avant que lui et Hrafn, réalisant qu'ils étaient à présent en compagnie d'un guerrier-fauve furieux face auquel ne se dressait aucun ennemi ne décident de se replier. Halfdan parvint cependant à retrouver aisément son calme après avoir réduit les malheureux gisant au sol à un état de bouillie informe.
Les compagnons commencèrent alors à fouiller le campement et trouvèrent ainsi, en sus d'un butin composé de quelques richesses et de quatre montures, des objets occultes et quelques indices suggérant qu'une cinquième personne, sans doute un mage, avait fait partie du groupe. Halfdan et Harald rejoignirent donc Hodor avant de se porter au devant du jarl Hrolf, tandis que leurs compagnons restaient en arrière afin de pouvoir surprendre le mage si jamais il réapparaissait.
Leur seigneur, une fois mis au courant de l'affaire, décida donc de leur confier l'enquête, craignant l'intrusion d'un agent ennemi dans sa cité pendant la fête de Jol.

Une fois revenus à Rohald, les compagnons assistèrent à des sacrifices rituels, puis rejoignirent la maison longue où plusieurs d'entre eux renouvelèrent leur serment au jarl. Cette cérémonie fut suivie du récit du Ragnarokr par un scalde, puis put enfin commencer le moment que tous attendaient : Le banquet. Alors que Harald essayait vaguement de mener l'enquête en discutant avec un émissaire jute, et que Hrafn prévenait diverses personnes qu'il se tramait en ces lieux des choses étranges et magiques auxquelles il ne prenait, pour une fois, aucune part, Halfdan se faisait rembarrer par des serveuses, comptait ses exploits ainsi que ceux de ses compagnons à un public hilare et affrontait des vétérans dans des défis de boisson.
C'est le moment qu'un étrange individu choisit pour prendre part au récit. Thoralfe Vidkünsson, espion au service de Hrolf Knudson, estima opportun de détrousser son employeur et tenta de corrompre le vaillant Hodor, mais ce dernier lui signala après un bref mais intense dilemme intérieur qu'il était loyal et ne trahirait pas le maître auquel il avait prêté serment, non plus qu'il ne laisserait quiconque attenter à ses biens. Il alla ensuite prévenir les gardes qui protégeaient la chambre du jarl, leur donnant le nom et le signalement du cambrioleur, qui se présenta à eux dans la minute qui suivit, prétendant que son maître l'avait envoyé chercher son bracelet porte-bonheur.
Le jeune homme se retrouva ni une ni deux devant le dit maître, et tenta de l'embobiner, puis de le menacer, puis de l’apitoyer en fondant en larme, puis l'accusa de ne pas lui avoir offert de cadeau comme il aurait dû, à moins qu'il ne fit tout ça en même temps. Quelque peu agacé, le jarl informa son espion qu'il ne voulait plus le voir, en aucune circonstance.
Thoralfe quitta donc la pièce et se dirigea vers les écuries, où il bondit aussitôt entré sur le dos d'un cheval avant de lui bourrer les flancs de coups de talons en lui criant de s'élancer au galop dans le blizzard. L'animal préféra se cabrer, envoyant bouler au sol le malheureux qui se retrouva aussitôt entouré de palefreniers qui le regardaient avec suspicion. Il tenta bien encore une fois de les embobiner, mais voyant que sa tentative ne menait à rien, il bondit par-dessus le petit groupe et s'enfuit dans la tempête de neige tourbillonnante. Jamais plus l'on ne le revit, non plus qu'on ne le regretta.
Plus tard dans la soirée, le jarl approcha le jeune Adrülf, auquel il expliqua succinctement la situation et confia la tâche d'encadrer la bande de bras cassés chargés de l'enquête. L'aristocrate alla donc retrouver ses nouveaux subalternes, qui lui causèrent une certaine consternation qu'il s'empressa d'oublier en séduisant une serveuse, provoquant l'ire de Halfdan. Néanmoins, sous l'effet de l'alcool qu'il avait précédemment ingurgité, le berserkr simula piteusement le coma éthylique en se vautrant sur la table dans un grand râle d'agonie assez peu convaincant. Puis il se mit à remuer sur le meuble en geignant pour parfaire sa couverture.
Alors que ses compagnons rejoignaient leurs quartiers pour la nuit ou s'endormaient tout simplement sur leurs bancs, Hodor décida qu'il était peut-être temps de commencer à mener l'enquête, ce qui n'avait visiblement pas effleuré l'esprit de ses compagnons. Il décida donc d'écouter les conversations autour des tables, et apprit notamment que le Stigandi, frère de Herjolf, lui même beau-fils du jarl Hrolf suite à son mariage avec Gudrid Hrolfsdottir, était assez courroucé du retour de ce dernier qui avait passé la dernière année à diriger un comptoir en Finlande en lui laissant la gestion de son clan et revenait désormais au Danemark pour y élever son enfant à naître. Toutes ces informations excédant les capacités de son esprit, il alla réveiller Harald pour lui faire part de ses découvertes et demander une caresse en récompense, ce qui lui fut accordé sans hésitation.

Le lendemain, Hrafn et Eric ainsi que les autres occupants de la maison longue furent réveillés par des cris de douleur provenant de la chambre de Hrolf. Celui-ci, visiblement malade, se tordait de douleur dans son lit. La rumeur d'un empoisonnement commença à circuler, mais Eric rassura bien vite l'assistance après avoir ausculté le jarl, diagnostiquant une simple gastro-entérite. Alors que le reste du groupe arrivait, on constata que Gudrid était pour sa part en proie à une forte fièvre et à une importante fatigue qui la clouait au lit, et nos compagnons se rendirent vite compte que dans la bourse dans laquelle elle gardait les runes censées lui porter chance durant sa grossesse était dissimulée une pierre enchantée dont le pouvoir de nuisance menaçait de provoquer chez la jeune femme une fausse couche, voir de l'emporter dans la tombe. Mis au courant, Hrolf et Herjolf les chargèrent donc de trouver le coupable et de l'amener devant le second pour que le soumettre à son jugement.
Nos six détectives du Nord allèrent aussitôt interroger le premier suspect de leur liste, Stigandi, qu'ils soupçonnaient désormais d'avoir recruté un sorcier afin de se débarrasser de la famille de son frère. Ce dernier les assura de son innocence et se montra quelque peu courroucé des accusations qui planaient sur lui. Peu convaincus mais manquant de preuves, ils allèrent ensuite trouver Hildr, la völva (sorcière) et lui demandèrent si elle pouvait pratiquer une divination pour les aider. Lorsqu'elle revint quelques minutes plus tard, leur annonçant avoir eu la vision d'un homme noir monté sur un cheval, les compagnons s'emportèrent quelque peu et l'informent qu'ils étaient déjà au courant et que ses services sont scandaleux. Puis Hodor leur signale fort judicieusement qu'ils devraient peut-être jeter un œil aux écuries, des fois que le sorcier qu'ils recherchent y ait laissé son cheval. Ils y découvrirent en effet une monture dotée d'une selle identique à celles des brigands qu'ils avaient surpris dans les bois la veille, et chargèrent donc Hodor et Hrafn de surveiller le retour éventuel du sorcier pendant que le reste du groupe fouillait les rues de la ville accompagné d'un palefrenier qui pourrait éventuellement reconnaître cet homme.
C'est finalement le groupe des écuries qui le premier vit arriver un individu à la grande barbe noire que les garçons d'écurie leur indiquèrent comme étant celui qu'il recherchaient. Il fut vite maîtrisé par le hirdmen et interrogé par le thulr, avec qui il discuta météo avant d'avouer sous la menace qu'il travaillait bien pour Stigandi. Une fois les enquêteurs réunis, ils allèrent faire part de leurs découvertes à Herjolf qui, fou de rage, leur demanda de l'accompagner pour aller appréhender ce félon. Une fois arrivés devant la maison qu'il occupait, Hodor défonça la porte d'un grand coup d'épaule et se précipita à l'intérieur en sommant les occupants de se rendre au nom du jarl. Il se retrouva ainsi seul face à cinq hommes en armes qui le lardèrent de coup, et prit donc la décision d'opérer une retraite aussi prompte que stratégique. Il fut aussitôt remplacé par Hralf et Halfdan, qui vengèrent leur compagnon de manière expéditive et relativement peu badass, puisque pour l'essentiel le berserkr débita en tranches les adversaires que le thulr avait déjà fait chuter d'un puissant mot de pouvoir.
Se retrouvant seul, Stigandi accepta de se rendre et son frère le condamna au bannissement pour trahison. Puis, il déclara aux aventuriers qu'ils seraient toujours bien accueillis sur ses terres lorsqu'ils demandèrent un témoignage de sa reconnaissance. Ce à quoi ils répondirent que c'étaient un peu insuffisant et qu'ils espéraient du flouze.

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Temudhun Khan le Sam 30 Jan - 23:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temudhun Khan
Combattant suprême
Combattant suprême
avatar

Messages : 2569
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 29

MessageSujet: Re: Yggdrasill, rapports de parties   Mer 13 Jan - 16:14

Scénario 2 : Le Rôdeur

Quelques semaines ont passé depuis les événements de Jol. Nos héros ont chacun reçu un anneau d'argent de la part de Herjolf en récompense de leur aide, et prennent du bon temps à la maison longue en attendant le retour des beaux jours. Mais un soir, à la veillée, ils remarquent que leur jarl semble soucieux.
Interrogé, Horlf leur révèle que les fermiers des environs se plaignent régulièrement des exactions d'une meute de loups, et charge Hrafn, Harald, Erik, Hodor et Adrülf de retrouver la trace de ces derniers et de les chasser vers les terres du clan Gunvor, avec qui le clan Kjari entretient une certaine rivalité depuis bien des générations. Les vaillants compagnons partent donc au matin et découvrent bien vite le cadavre gelé de Thoralfe. Ils marchent -et, pour certains, chevauchent- toute la journée avant d'établir un camp dans une petite clairière, ce qui leur donne l'occasion de constater qu'aucun d'entre eux n'a pensé à amener de provisions, de tentes ou de couvertures. Certains partent chasser tandis que d'autres ramassent du bois, mais ils doivent finalement se résoudre à manger les appâts qu'ils avaient prévus pour les loups et c'est de mauvaise humeur et après quelques baffes échangées que le groupe s'endort.
C'est d'encore plus mauvaise humeur qu'il se réveille, après avoir constaté que Hodor s'était assoupi durant son tour de garde sans se faire relever.
En fin de matinée, les aventuriers finissent par trouver la tanière des loups, et Adrülf et Hodor prennent en chasse la meute afin de la pousser vers la frontière. Bien que le jeune noble peine à maîtriser sa monture, ils parviennent à amener les carnassiers jusqu'à la rivière qui délimite les territoires des deux clans et les forcent à la traverser avant de revenir sur leurs pas pour monter un nouveau camp.

Alors que le groupe se préparait à passer une nuit au calme, des bruits de course commencèrent à se faire entendre. Un inconnu ayant l'apparence d'un scalde surgit soudain dans la lueur des flammes et supplia les cinq jeunes gens de le protéger, mais avant qu'ils puissent lui demander des explications, trois hommes en armes accoururent et exigèrent qu'ils leur livrent l'homme qu'ils poursuivaient. Comme leurs interlocuteurs cherchaient à en savoir plus sur les raisons de leur colère, ils perdirent patience et attaquèrent arme au clair.
Erik fut les seuls à reconnaître les frères Ottarson, fils du jarl du clan Arnkel, mais le temps qu'il le signale à ses compagnons, l'un d'eux avait déjà été occis par Halfdan et les deux autres étaient blessés. Cherchant à les calmer sans les tuer, le berserkr frappa l'un des frères au visage pour l'assommer mais le coup était d'une telle puissance qu'il lui enfonça le nasal dans le nez et lui fractura le crâne. Le troisième refusa de se rendre et commença à se vider de son sang par ses nombreuses blessures.
Le scalde, Gnor Ygnarsson, prétendit être recherché pour le vol d'un mouton et refusa d'affronter Halfdan en duel, préférant tenter sa chance en fuyant. Il fut finalement exécuté, tandis que Hodor dépouillait les cadavres sans la moindre vergogne.
Nos braves héros décidèrent finalement de lever le camp et de rentrer de nuit à marche forcée avec les corps des trois frères après avoir dissimulé leurs traces, mais la neige et le froid les forcèrent à s'arrêter au bout d'une heure de marche et ils durent monter un nouveau camp alors qu'une tempête se levait.
Durant la nuit, Halfdan fut visité par d'horribles cauchemars et se réveilla paralysé, persuadé qu'une créature maligne chevauchait son torse et le vidait de son énergie vitale. Il retomba néanmoins dans le sommeil, complètement épuisé, mais son sommeil resta troublé jusqu'à ce qu'il soit réveillé en même temps que le reste du groupe par des bruits de lutte. En effet, Hodor avait attaqué Erik en beuglant et tentait d'abattre son compagnon. Tous se ruèrent alors pour éliminer le hirdmen qui refusait d'entendre raison, mais il parvint avec une aisance déconcertante à se débarrasser du berserkr et blesser gravement Adrülf. Hrafn, qui s'était mis à incanter, entonna alors des mots de pouvoir d'une voix vibrante et lâcha la dysenterie sur le guerrier fou, qui tomba au sol en gémissant alors qu'il se vidait par tous les orifices. Erik en profita pour le frapper de son arme, mais Hodor se mit à implorer pitié en affirmant que quelqu'un ou quelque chose avait pris possession de son corps.
Les compagnons amochés et nerveux décidèrent alors de se diviser en deux groupes : Le seigneur de guerre et le soigneur rentreraient à Rohald à cheval pour ramener les cadavres tandis que le berserkr, le thulr et le hirdmen les suivraient à pieds en portant le blessé. Les trois piétons se retrouvèrent bien vite perdus au milieu du blizzard, et furent témoin d'un fort étrange événement. Une silhouette fantomatique commença à se dessiner dans la brume et les flocons dansant dans le vent, prenant petit à petit forme et substance. Alors que Hrafn commençait à comprendre qu'ils avaient affaire à un esprit vengeur, ils se retrouvèrent soudain face à un ours éthéré et furieux qui les chargeait en rugissant. Halfdan tomba emprisonné dans une fureur berserkr dont il ne pouvait sortir malgré l'épuisement et la bête en duel pendant que ses amis fuyaient à toutes jambes. Mais la créature se débarrassa sans guère de difficulté du combattant et s'élança à la poursuite de Hodor qu'elle frappa violemment dans le dos avant de disparaître sans laisser de traces.
Incapables de poursuivre leur route, les trois jeunes gens allèrent trouver refuge dans la tanière des loups, tentant de récupérer de leurs péripéties.

Pendant ce temps, deux cavaliers arrivèrent à Rohald et allèrent prévenir de la situation leur jarl, qui prit la décision d'envoyer le groupe accompagné de Harald Branson annoncer la fâcheuse nouvelle à Ottar Stigsson, lui restituer les corps de ses fils et lui payer un wergeld (amende) en dédommagement. Il commanda à quelques cavaliers d'aller chercher les aventuriers restés en arrière et alla personnellement informer Harald de sa mission.
Le temps que l'on retrouve Hrafn, Halfdan et Hodor, le dernier des Ottarson avait succombé à l'infection qui rongeait ses blessures. Une fois revenus en ville, le jarl leur ordonna de rendre aux défunts leurs affaires et les informa qu'ils partiraient le lendemain.

Nos six norois prirent donc la mère sur le navire personnel du jarl et arrivèrent bien vite aux quais de Gunvor, cité du clan Arnkel, et demandèrent à s'entretenir avec Ottar Stigsson. Celui-ci, en apprenant la mort de ses trois fils, fut frappé de chagrin et exigea d'être amené auprès d'eux. Il fut néanmoins satisfait d'apprendre la mort de Gnor, qui avait violé sa fille Astrid, et informa les compagnons qu'ils étaient ses hôtes jusqu'à ce que le thing se réunisse et statue sur la conduite à adopter.
Durant les jours qui suivirent, Harald profita du temps imparti pour nouer des liens avec le jarl et essayer d'apaiser sa douleur et son ressentiment, tandis qu'Arnülf tentait vainement de séduire sa fille. Finalement, l'émissaire boiteux se vit offrir la main d'Astrid, et ses compagnons ainsi que le clan furent blanchis de leurs crimes par le thing après paiement du wergeld.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beregil
Maître Platypus
Maître Platypus
avatar

Messages : 415
Date d'inscription : 29/12/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Yggdrasill, rapports de parties   Jeu 14 Jan - 3:47

(Juste pour l'anecdote, on a mis deux séances pour faire ce deuxième scénar, et la deuxième séance, de trois ou quatre heures, a été résumé en cinq phrases par Tem dans le dernier paragraphe.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabian_
Le Grand Stone
Le Grand Stone
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: Yggdrasill, rapports de parties   Jeu 14 Jan - 9:31

(Juste pour l'anecdote, ce temps excédentaire est principalement lié à un berserk et un hirldmen qui faisaient les cons durant la soirée)

_________________
Dodo a écrit:
Eh bien, j'ai Découvert que le Titan du chaos novateur a décidé de créer des règles. C'est plutôt... Novateur, effectivement, pour un Titan du chaos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yggdrasill, rapports de parties   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yggdrasill, rapports de parties
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yggdrasill, rapports de parties
» Yggdrasill
» Rapports psychiatriques.
» Briséris ➷ Je ne crois ni au partie républicain, ni au partie démocarate. Je crois qu'aux parties génitales»
» Campagne Yggdrasill : prologue (4)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie Prolétaire des Trolls :: Archives :: Archives :: Archives JDR-
Sauter vers: