Confrérie Prolétaire des Trolls
Si tu n'es pas enregistré, enregistre toi !
Si tu n'es pas connecté, connecte toi !
Rejoins la lutte !


Forum de Jeu de Rôle et de Grande Stratégie amateur
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Sjóks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wellan
La corde soutenant le pendu
La corde soutenant le pendu
avatar

Messages : 450
Date d'inscription : 31/10/2011
Age : 23
Localisation : Dunkerque

MessageSujet: Les Sjóks   Ven 13 Avr - 14:55



Les Sjóks

(En cours de rédaction..)



Présentation:


Les Sjóks, dans leur propre langage "Les enfants de la Mer", sont un peuple nordique dont la vie se base principalement autour de la mer, Sjó. Ils occupent les terres et les îles au Nord du continent, s'étendant même jusqu'à la banquise. Leur archipel d'origine se nomme Eyjarinnar, et la ville principale du Richt originel, Eigið fé. Ce sont de grands marins, d'habiles pêcheurs et de bons guerriers et ne sont pas pour autant dénués d'intelligence.


I- Le système des Richts

Les Sjóks ont, dès la fin de la préhistoire, organisés leurs terres en de nombreux Richts, dont le domaine a évolué au grès des querelles intestines. Au début, il y avait le Richt Vadjó. Au fur et à mesure des expansions des terres Sjóks, de nombreux Richts se sont formés naturellement, le seul Richt Vadjó ne permettant pas de gérer efficacement toutes les terres. C'est ainsi que chaque Jordür gère ses raids et ses pillages comme il l'entend. Cependant, même s'ils ne sont pas intégrés au Richt Vadjó, ce dernier reste plus fort que les autres, et tous respectent l'autorité du Jordür du Richt originel. Partageant une religion et une culture commune, il n'est évidemment pas rare que les Richts viennent s'entraider ou organisent de grandes expéditions entre eux, tel le raid de l'an 707 AE qui se conclut par la capture de l'Empereur Devlan, avec l'aide des Métallos.

Les Sjóks étant méritocrates de part la nature même de leur religion, un vrai concours à qui servira le mieux Sjó, il n'existe qu'une forme limitée d'aristocratie au travers des divers Clans. Tout les Sjóks ont nécessairement un clan, de même qu'ils ont un nom et un prénom.
A la mort d'un Jordür, les prêtres à Sjó se réunissent et organisent un tournoi qui varie selon les époques pour choisir celui qui deviendra le nouveau Jordür. Les Sjóks ayant le mieux servis Sjó, c'est à dire ayant ramenés beaucoup de leurs pillages ou ayant triomphé d'un adversaire particulièrement redoutable seront désignés par les prêtres à Sjó comme aptes à participer à l'arfleif. Le nombre de Sjóks sélectionnés est variable en fonction de l'époque, du Richt en question,  de sa position.. Et l'arfleif lui même est organisé par les prêtres à Sjó qui s'adaptent continuellement. A la préhistoire, l'arfleif n'était qu'un combat à mains nues, puis est devenu un tournoi extrêmement difficile où la force physique, les compétences maritimes mais également la logique des prétendants sont mis à l'épreuve, au travers d'énigmes complexes. Les Aðstandendur, des prêtres spéciaux, se chargent, dans chaque Richt, d'organiser le prochain arfleif dès l'accession au pouvoir d'un nouveau Jordür.


II- La Religion (Le Culte à Sjó)  

A-Croyances

Les Sjóks sont des enfants de Sjó, la mer, qui subissent un test de mérite. En effet, selon les croyances Sjók, Sjó règnait sur Greijarnar, une immense et magnifique cité bâtie entièrement sur l'eau, où les besoins et les envies de tous étaient satisfaits, qu'ils soient bons, honorables, vils ou pervers. Sjó, détestant ce qui est acquis sans mérite, décida d'expulser tout les Sjóks de Greijarnar. Les Sjóks ont pour but principal de servir Sjó dans ce monde, en contribuant à une communauté. Le but de la vie d'un Sjók est donc de prouver à son créateur qu'il mérite sa place à Greijarnar, en servant du mieux possible la communauté Sjók, en démontrant à tous la puissance et la gloire de Sjó.  Seulement ceux que Sjó juge comme ayant participé suffisamment à démontrer sa supériorité sont jugés aptes à retourner à Greijarnar. Bien évidemment, Sjó n'est pas non plus tout-puissant sur Terre, et il arrive que des Sjóks meurent contre sa volonté. Elle les renverra alors dans une autre enveloppe corporelle, c'est le cas des morts-nés, ou des morts de maladie en général. En quelque sorte, Sjó appelle les Sjóks sur Terre pour faire leurs preuves, et au plus leurs services participent au bienfait de la communauté Sjók, au plus Sjó les aimera, et au plus ils seront contentés à Greijarnar. Au contraire, si un Sjók a eu au cours de sa vie des titres qu'il ne méritait pas, où s'il s'est enrichi par chance, ou qu'il a acheté avec l'or de ses parents ce qu'il aurait dû arracher à son ennemi à la point de l'épée, Sjó l'empêchera alors de retourner à Greijarnar, et son âme mourra en même temps que son corps.Au final, Sjó impose donc une épreuve à ses enfants, afin qu'ils lui prouvent que la place qu'ils ont à Greijarnar est méritée.
En langage Sjók, Sjó n'est ni masculin ni féminin. C'est le seul mot qui n'a pas de genre, les Sjóks considérant Sjó comme au-delà des concepts d'ici-bas, l'homme comme la femme n'étant que des enveloppes ne changeant pas au final le fait qu'homme comme femme, ils sont avant tout des Sjóks, des demis-dieux qui n'ont pas besoin d'enveloppe à Greijarnar.
Cependant, Sjó étant attachée à ses enfants, elle les protège malgré tout dans ce monde, et sa protection est d'autant plus efficace qu'un Sjók est proche de la mer, et c'est d'ailleurs là qu'ils vivent. Les Sjóks souhaitent prouver la supériorité de Sjó sur les fausses croyances, et se considèrent tous comme des demis-dieux, supérieurs aux autres peuples, d'où le fait qu'ils n'hésitent pas à piller et à massacrer pour servir leurs propres intérêts. Leur tactique militaire entière se base là dessus, et ils n'ont quasiment pas eus d'alliés au cours de l'Histoire, se considérant comme à part.
Le concept de "faire le bien" ou "d'être gentil" inclu dans certaines religions païennes n'existe donc pas ici. Le seule chose que Sjó souhaite, ce sont des preuves qu'ils méritent leurs places, qu'ils peuvent également obtenir en cramant des villages d'êtres inférieurs ou en gagnant par exemple l'arfleif. Les Sjóks espèrent donc rejoindre leurs amis et leurs parents morts à Greijarnar.

B- Influence au quotidien

Les prêtres à Sjó, les Talaðu, se chargent de rendre l'office à Sjó. Ces offices sont bien souvent des cours expliquant la religion de Sjó et d'autres se basant sur la nécessité des raids et des pillages, pour prouver à Sjó leur supériorité, en s'imposant dans le monde comme un peuple important, s'y faire une place. Un Sjók croyant sera donc difficilement soumis à quelqu'un qui n'est pas Sjók. Le système méritocrate des Riochts et des offices les plus importants est donc évidemment issu de la religion. Il faut toujours mériter ses titres et sa place dans la société, en permanence.
C'est d'ailleurs en raison de cette culture du mérite que les Sjóks ne sont pas de grands commerçants. En effet, quelque chose d'acheté avec de l'or n'a pas la même valeur que ce que l'on a pris sur un ennemi mort, au péril de sa vie. Les Sjóks préfèrent des échanges via une monnaie sans spéculation pour obtenir ce dont on a besoin contre ce qu'on a en trop, passant par une monnaie qui ne recherche pas le profit plutôt qu'un commerce pour s'enrichir. En plus, si ce commerce est fait avec des étrangers.. Ca ne fait que dégrader la chose aux yeux de Sjó. Ainsi, en l'an 700 AE les Sjóks délocalisent leur commerce avec le reste du continent dans un avant poste sur l'île Aedhrolfk, l'éloignant ainsi des terres où est née leur civilisation.
Les femmes et les hommes, d'après la religion, ne sont pas si différents: ce sont avant tout des Sjóks. De ce fait, il n'est pas rare de voir des femmes partir à la guerre si c'est une vie qui leur plaît, même si elles sont minoritaires.

C-L'organisation religieuse:  l'Yfirvald


Ici n'est notée que l'organisation religieuse développée après l'Antiquité. A la préhistoire, évidemment, tout était bien plus rudimentaire.


L'Yfirvald est l'ensemble du système religieux en vigueur dans les Richts.
Il existe les les Talaðu, les prêtres de Sjó, se chargeant  de rendre les offices religieux, au quotidien, dans chaque communauté. C'est à dire enseigner aux plus jeunes l'origine du peuple Sjó, leur expulsion temporaire de Greijarnar et surtout  comment faire pour y retourner, c'est à dire en faisant leurs preuves. (Voir IIA).
C'est la très grande majorité du clergé. Ils racontent l'histoire aux nouvelles générations, forment un apprenti, rendent les offices à Sjó dans l'Hofið í sjó, une espèce de grande construction sur pilotis, certains enseignent les rudiments du combat, tous enseignent la navigation à ceux délaissés par leurs parents. En ce qui concerne les offices traditionnels, il s'agit surtout d'une espèce d'assemblée où chacun raconte (ou se vante, tout dépends..) ce qu'il a fait de glorieux et de profitable à la communauté pour mériter son retour à Greijarnar le moment venu. Les lieux de culte sont généralement construits sur pilotis ou très près des côtes, pour des raisons logiques, et sont plutôt simples, mis à part ceux des grandes villes. L'eau de mer est également un symbole important, utilisée par le prêtre pour souhaiter de bons augures aux Sjóks partant dans expéditions lointaines, bien qu'en soit, un Sjók n'a jamais vraiment peur de l'eau. Chaque Sjók qui se respecte à son propre bateau, qui peut aller de la barque "faite maison" aux glorieux vaisseaux légers et rapides des chefs utilisés lors des attaques.
Au delà, il existe les Vinùr, les prêtres guerriers, des Talaðu promus par de glorieux seigneurs après avoir fait preuve de grandes capacités. Ils participent à toutes les expéditions, instruisent nombre Sjóks au combat et à la tactique navale comme terrestre. Ils sont très respectés par l'ensemble des Sjóks, mais sont également très rares.
Enfin, il existe une troisième catégorie de prêtre voués eux au bon fonctionnement des Richts: les Aðstandendurqui se chargent d'organiser les arfleif des différents Richts.(Voir I) Ils sont également très reconnus, mais plus pour leurs capacités intellectuelles que leurs capacités sur un champ de bataille, contrairement aux Vinùr.
Il n'existe ainsi donc pas d'autorité suprême dans le pouvoir religieux, des conciles composés des Jordür, des Vinur et des Aðstandendur se chargeant de discuter des grands débats théologiques.
Ceux qui pourraient avoir envie de gruger pour s'attribuer un titre qu'ils ne méritent pas, (Aðstandendur ou Vinùr), seront rejetés par la société dans son ensemble, et perdront toute crédibilité aux yeux du peuple.

D-Mythe
Au Commencement, les Sjóks vivaient en Greijarnar. Là était le domaine de Sjó et il y régnait en maître. Ses enfants étaient les Sjóks, nés du sang de Sjó lors de ses luttes et tous étaient comblés. Greijarnar était immense, pleine de plaisirs et apparaissait à chacun façonnée exactement comme chacun le voulait, et chacun y obtenait ce qu'il souhaitait. On ne s'y embêtait jamais, et à cette époque, les Sjóks ne mourraient pas. Sjó avait mérité sa place, car il avait éliminé les Isj, les Dieux Parvenus. Et Sjó les aidait, façonnait Greijarnar, était toujours Juste, car il attachait son esprit à ne pas devenir comme ceux qu'il avait chassé. Puis, les Sjóks commencèrent à faire des erreurs. Ils s'entretuaient, se volaient, alors que tous pouvaient tout avoir. La chose était claire: tous ne méritaient pas leur place ici. Sjó commença par les priver et les avertir, mais ils n'écoutèrent pas. Certains insultèrent son nom. D'autres l'accusèrent d'être un tyran. Mais trop peu méritaient leur place ici.
Alors Sjó, qui était Juste et Méritant soumis les Sjóks à un test.
Il les envoya sur Terre, car c'est là qu'avait eu lieu la lutte entre les Dieux, et c'est là qu'ils sont nés de son sang. Les enfants d'autres Dieux, tués par Sjó lors de l'élimination des Dieux Parvenus y étaient déjà présent, et feraient des adversaires dignes.
Les Parvenus mourront, âme et corps détruits, éliminés de la même manière que les Dieux Parvenus, car même s'ils sont ses enfants, ils ont les mêmes torts qu'eux et doivent subir le même sort.
Les Méritants s'en retourneront en Greijarnar, car c'est là leur place, et siègeront à côté de Sjó éternellement.
Les enfants des Sjóks nés en Greijarnar seront également soumis au test, car ils doivent forger leur propre mérite.
Et Sjó règnera éternellement sur son peuple.

III- Patronymes & Nom Patronymique Sjok.

Exemple de prénoms:
Spoiler:
 

Les noms de familles se basent sur le prénom du père, auquel on ajoute un suffixe différent: sön pour les garçons, sín pour les filles.
Exemples:
-Lorsqu'il s'agit de Eyjsö, fils de Ráðgeir, on dira Eyjsö Ráðgeirsön.
-Lorsqu'il s'agit de Svana, fille de Ráðgeir, on dira Svana Ráðgeirsín.

Exemples de noms de familles:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Sjóks
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie Prolétaire des Trolls :: Archives :: Archives :: Archives MV :: Aube des Civilisations-
Sauter vers: